Villanova Marchesana

Chargemente en cours de…
  • Localisation du territoire

  • Église Sainte Marie de l'Assomption

  • Ancien Four Totti dans la golena Piarda

  • Oasi golena Piarda

Une végétation luxuriante et une faune riche caractérisent la golena Piarda de plus de 30 hectares, dans laquelle ont été actifs pendant plusieurs années deux fours, devenus maintenant d’importants exemples de l’archéologie industrielle.

Eglises et lieux de culte

santa_maria_assuntaEglise de Sainte Marie de l’Assomption
Nous avons des documents qui témoignent de l’existence d’une église remontant à 1296. Entre 1603 et 1608 l’église a été reconstruite et le clocher a été achevé entre le XVIIe et XVIIIe siècles. Mais l’église actuelle, qui reprend la forme de la précédente, est le résultat de la reconstruction qui a eu lieu entre 1765 et 1788.
La façade baroque, en style de Ferrara, a au sommet un fronton curviligne. Parmi les peintures de l’église on trouvait  un tableau de Ippolito Scarsellino, connu sous le nom Scarsellino, malheureusement détruit par un incendie en 1968.
(via Chiesa – Villanova Marchesana)

 

chiesasanlorenzoEglise de Saint Laurent
Un édifice pre existant remonte à la présence de moines transférés de Gavello depuis 1200. En 1603, un rapport épiscopal cite un oratoire dans des conditions précaires. En 1649, l’église a été reconstruite, comme le rappelle la plaque collée sur la façade. Le clocher est beaucoup plus récente et remonte à 1967.
La façade est en style Renaissance de Ferrare et le plan a une nef unique.
(via Canalnovo – Canalnovo, Villanova Marchesana)

 

oratoriosgiovannibattistaOratoire de Saint Jean Baptiste 
L’oratoire est édifié isolé dans le hameau Cisimatti et était autrefois dédiée à Notre-Dame du Pilier (1603). Après plusieurs changements de propriété parmi les familles locales depuis 1807 à aujourd’hui, où il appartient à la paroisse de Sainte Marie de l’Assomption, il a changé le dévouement par celui de l’autel majeur, à Saint-Jean-Baptiste.
(Cisimatti, Villanova Marchesana)

 

 

oratoriocameriniOratoire de Villa Camerini
Oratoire annexé à la villa Camerini, du dix-huitième siècle. Dans le temps il faisait partie de l’ordre monastique chartreux de Ferrare.
(via Santi – Villanova Marchesana)

 

 

 

Lieux intéressants

palazzodaclonPalais Daclon
Développé en hauteur sur quatre étages, il fut construit en 1834 par un officier français arrivé ici avec l’armée napoléonienne, qui tomba amoureux d’une belle fille du village à qui il voulait dédier l’édifice.
(via Argine Po – Villanova Marchesana)

 

 

scuderievillaluisaEcuries de Villa Luisa
Constituées de sept arcs en plein cintre, les écuries faisait partie d’une villa de la seconde moitié du XIXe siècle désormais disparue, démolie pour les travaux de renforcement de la berge du fleuve. Il reste autour un parc avec de nombreux arbres anciens.
(via Argine Po – Villanova Marchesana)

 

 

villacameriniVilla Camerini aujourd’hui Brogiato
Villa du dix-huitième siècle érigée où se trouvait autrefois un monastère des moines chartreux et toujours flanquée du côté est par un oratoire.
(via Santi – Villanova Marchesana)

 

 

 

oasigolenapiardaOasi Golena (pleine inondable) Piarda
La grande Oasi Golena Piarda est située dans le hameau de Canalnovo, le long de la rive gauche du Po. A l’intérieur du grand domaine naturel on trouve l’ancien Four Totti (1888-1964), aujourd’hui à l’abandon, grandiose exemple d’archéologie industrielle. Une autre partie est utilisée comme port d’attache sur le fleuve et espace de loisirs. Les bassins de la plaine d’inondation sont des oasis du WWF et des lieux importants de nidification des hérons, des aigrettes et des héron bihoreau.

 

 

Histoire

Le nom a une claire étymologie de « villa »; la spécification Marchesana est liée au fait que le territoire appartenait autrefois à la famille d’Este, seigneurs de Ferrare, qui étaient avant marquis, puis ducs. Ses origines remontent à après l’an mille quand on rencontra l’agrégation des groupes humains autour des châteaux ou des monastères. Initialement le territoire était une possession des moines chartreux, qui avaient ici leur monastère, et qui on vu l’implantation de quelques familles qui, avec l’accord des moines, se consacraient à la culture des terres entourant le monastère lui-même. Après l’inondation du Po au XIIe siècle, aussi les moines bénédictins de l’abbaye de Gavello se déplacèrent dans le territoire. Au XIIIe siècle, il deviens une possession de Ferrare, donc une municipalité avec le nom de « Villanova dei Burzelli » ou dei « Burgelli », d’après le nom de la famille de Ferrare qui, avec les Este, possédait une partie du territoire. Le contrôle administratif, cependant, dépendait des Este: c’était eux, en fait, qui nommaient le mairie. Au XVe siècle, certains biens de la famille Burgelli furent cédés au marquis Nicolò III, seigneur de Ferrare. Au XVIe siècle, le territoire et son administration entrèrent dans un crise au point que, vers la fin du siècle, le territoire passa à l’Etat Pontifical. Au cours de la domination napoléonienne, il fut séparé des États Pontificaux et annexé d’abord à la République Cisalpine. Avec la domination autrichienne il devint partie du Polesine de Rovigo, et est finalement devenu italien avec la troisième guerre d’indépendance.