Pettorazza Grimani

Chargemente en cours de…
  • Localisation du territoire

  • Eglise de Saint-Joseph

  • Corte Grimani

Elle doit son nom à l’imposante Corte Grimani.

Eglises et lieux de culte

chiesasangiuseppeEglise de Saint-Joseph
Construite en 1890, suite à la démolition de l’ancienne église victime de sa proximité avec la rivière Adige. Il dispose d’une façade à simple, couronné par une corniche d’arcs suspendus et articulés par quatre pilastres lisses. L’intérieur conserve quelques œuvres qui font partie du mobilier de l’ancienne église de Saint-Sauveur, démolie en 1887: tête de saint Jean-Baptiste, en marbre, datant du ‘400 et plusieurs peintures des XVIIe et XVIIIe siècles. (Via Roma – Pettorazza Grimani)

 

 

pettorazzasantuariomadonnagrazieSanctuaire de Notre-Dame de Grace
Petit sanctuaire du XVIIe siècle avec antique fresque du XVIe siècle. Il retrace le schéma du temple romain d’empreinte ionique, dispose d’une seule nef et un petit presbytère. La façade en style Renaissance est enrichie par deux niches contenant les statues des Saints Felicien et Fortuné, patrons du diocèse de Chioggia. (Via Papafava – Pettorazza Grimani)

 

 

Lieux intéressants

ro-pettorazza-grimani-corte-grimani-ricciuti-pettorazza1Corte Grimani aujourd’hui Ricciuti – Villa Boschetto
Complexe rural construit au XVIe siècle et rénové au XVIIIe siècle avec de grandioses dépendances. Il comprend plusieurs bâtiments, parmi lesquels se distingue la grange « Paradise » avec un portique de 16 colonnes doriques de pierre istrienne. Dans la cour, deux puits, dont l’un de la période gothique. La cour était un centre auto-suffisant; en elle, en plus de maisons, granges, dépendances, se trouvait une église, le puit et le four commun pour tous les habitants, régulièrement utilisé pour la production de pain.   (Via Roma – Pettorazza Grimani)

 

 

Histoire

La municipalité nait dans la période napoléonienne, quand elle est englobée par les statuts de la République Cisalpine dans le huitième arrondissement, celui de Adria. Le nom semble dériver d’un composé en dialecte, « pe torrazza », indiquant l’emplacement au pied de la tour sur l’Adige. A l’origine le territoire comprend seulement les terres des comtes Papafava des Carraresi, situées à gauche de la rivière, mais depuis 1783, suite aux travaux pour rectifier le cours de l’Adige, il rattache à son territoire aussi la région de San Giovanni, à la droite du cours d’eau. Le territoire fait l’objet de litige entre Padoue et Venise, en lutte pour définir les limites, jusqu’à 1519, lorsque les deux villes parviennent à un accord; pour la ratification un pilier de sept pieds de haut et tout aussi large est érigé (sur lequel est peint une Vierge et l’Enfant) qui a plus tard été transféré dans la petite église des Papafava. Son histoire ultérieure ne montre aucun événement significatif, suivant celui du reste de la province. Le sanctuaire, dédié à Notre Dame de Grace, a été reconstruit en 1691 après avoir été endommagées par les inondations fréquentes de la rivière; pendant la Seconde Guerre mondiale, en particulier, le 23 Avril 1945, la structure est touchée par un bombardement qui provoque la chute du clocher, du presbytère et du plafond, tandis qu’à l’intérieur quelques autels sont détruits.