Ficarolo

Chargemente en cours de…
  • Localisation du territoire

  • Villa Giglioli

  • Ex sucrerie

Le clocher de l’église Saint Antonin a acquis l’appellation populaire de «Tour de Pise de Vénétie» en raison de sa forte inclinaison.

Eglises et lieux de culte

chiesasantoninoEglise de Saint Antonin
Réalisée d’après le projet de l’architecte de Ferrare Gaetano Barbieri au XVIIIe siècle, la façade a été inachevée jusqu’au début du XXe siècle. Comme d’autres exemples de l’architecture religieuse de la province, elle conserve un intérieur en style baroque combiné avec une façade néo-classique. A l’intérieur sont conservées de nombreuses œuvres d’art, parmi lesquelles « La Vierge du Rosaire » peinte par Ercole Sarti de l’école de Ferrare. L’église est parfois appelée « Saint Antoine » martyr. Le clocher, haut de 69 mètres et dont la construction est postérieure à celle de l’église, fut construit à partir de 1777 et, en raison de sa forte inclinaison, a populairement reçu l’appellation de «Tour de Pise de la Vénétie ». (Piazza G. Marconi, 15 – Ficarolo)

 

oratoriosippolitoOratoire de Saint Hyppolite et Court Monesi
L’oratoire fut construit en 1705. Dans le simple intérieur on trouve un tableau représentant l' »Assomption de Saint-Antoine et Saint-Hippolyte », oeuvre de la première moitié du XVIIe siècle, attribuée au cercle du Scarsellino ou même l’artiste lui même. A noter, l’original autel du XVIIIe siècle, différents ornements et la couronne princière peinte au plafond.  (Ficarolo)

 

 

oratmadonnacarmineOratoire de la Madonna del Carmine
Construit sur le site de deux orateurs précédents, l’actuele petite église fut construite pour donner accès à un plus grand nombre de fidèles. Benit en 1842, le bâtiment est caractérisé par un portail simple et unique précédé d’un petit parvis tandis que l’intérieur a une seule nef. L’intérieur abrite quelques statues de saints de bonne facture et des peintures des quatre évangélistes. Le maître-autel, en marbre polychrome, intègre dans la niche la statue de la Madonna del Carmine. Bien qu’il fut sujet à une restauration achevée en 2011, qui a ramené le bâtiment à son aspect d’origine, comme l’église Saint-Antonin martyr, il a a subi des dommages, même si légers, en raison du tremblement de terre de 2012. (Via Ermanno Giglioli, 110-200 – Ficarolo)

 

Lieux intéressants

villagiglioliVilla Giglioli et le parc municipal
Construite à la fin de 1500, par la volonté de la famille Arienti de Ferrare. Après avoir passé pendant une courte période à la famille Schiatti, la villa fut vendue en 1600 à la puissante dynastie des Saracco, des nobles originaires de Pavie, qui la gardèrent longtemps jusqu’au XIXe siècle, la cédant à la famille Giglioli, l’une des familles les plus puissantes du Polesine, qui, en 1921, à son tour en fit don à la ville de Ficarolo. Notez l’élégant double escalier extérieur, ajouté au XIXe siècle et, à l’intérieur, un beau salon de conseil, avec plafond à caissons, poutres en bois, certains stucs et colonnes. Un grand parc d’empreinte romantique et à l’aménagement paysager entoure la célèbre Villa Giglioli. Le parc abrite de vieux et monumentaux  arbres, disposées sans ordre apparent, mais qui sont en fait le résultat d’une étude détaillée qui suit le libre développement de la nature et l’ordre des saisons. Le jardin était beaucoup plus grand et contenait une écurie ainsi qu’un Foro Boario. (Via Ermanno Giglioli, 340 – Ficarolo)

exuccherificio_thumbEx sucrerie 
Construite par les comtes Giglioli entre la fin du XIXe et début du XXe siècle. L’usine fermée depuis les années quatre-vingt a quelques bâtiments intéressants dans un style Liberty (Art Nouveau) et est un exemple de l’archéologie industrielle liée aux nombreuses sucreries à l’abandon présentes dans la province de Rovigo.
Elle a été la premièresucrerie dans l’ensemble du Polesine, inaugurée en 1902 par les comtes Giglioli. Elle a toujours joué un rôle majeur dans l’économie du territoire, car son activité fournit du travail à des centaines de personnes. Le village comptait 5000 habitants, mais en 1982, avec la cessation d’activité et la fermeture de la sucrerie des dizaines de familles ont émigré. (Via Polesine – Ficarolo)

 

Histoire

Les premières implantations dans la région remontent à l’époque romaine, anciennement appelée Vicus Arioli romaine, d’où probablement proviennent les origines de son nom. Au début du XIIe siècle le village fut dévasté par la désastreuse rupture de berge du Pô, qui, depuis lors, format un nouveau lit et abandonnat son parcours précédent. Après avoir fait partie des possessions du pape, le territoire passe pendant la première moitié du XIVe siècle à la famille Este, dont la domination a duré, excepté une courte occupation vénitienne au cours de la «guerre du sel », jusqu’à 1597, quand, avec tout le Duché de Ferrare, il est retourné à l’État pontifical. A l’implication dans les guerres des XVIIe et XVIIIe siècles, ont suivi l’occupation française et, en 1815, l’autrichienne, au cours de laquelle le village a été privé du blason municipal, récupéré seulement en 1863. L’annexion au Royaume d’Italie, en 1866, n’a pas amélioré les conditions de vie de la population, rendues difficiles par les guerres et les catastrophes naturelles, ce qui conduit beaucoup d’habitants à émigrer. Un redressement économique et social n’a eu lieu que dans l’après guerre.

Informations utiles

Pro Loco Ficarolo (Association de promotion du territoire)
P.zza Madre Teresa di Calcutta, 221 Cell. 345 1426268
e-mail: prolocoficarolo@libero.it

Événements

Fête de la Bienheureuse Vierge du Carmine
Juillet – Place de Ficarolo
Diverses manifestation de danse, chant, théatre

Foire de l’Esturgeon
Juillet – Proximité du parc Villa Giglioli
Stand gastronomique avec plats à base d’esturgeon

Rassemblement des Fiat 500
Juillet – Parc Villa Giglioli
Rallye, déjeuner, tombola, remise des prix et salutations