Bosaro

Chargemente en cours de…
  • Localisation du territoire

  • Eglise Saint Sébastien

Bosaro est la plus petite municipalité de la province de Rovigo.

Eglises et lieux de culte

chiesa-bosaroEglise de Saint Sébastien
Elle fut construite par la famille Turolla qui s’était engagée à fournir une dot à son recteur et l’entretien des bâtiments efficaces.
A cette époque, la population avait des difficultés à accéder l’église de Arquà Polesine, dont elle dépendait, en raison des mauvaises conditions des routes et il fut donc nécessaire en construire un sur place.
La nouvelle église, avec fonts baptismaux, comprenait également un clocher, un cimetière et un presbytère, et devenait ainsi une paroisse. Le bâtiment fut consacré le 29 Janvier 1500. Avec une seule nef avec prsebytère et chœur, cinq autels et les fonts baptismaux. Restaurée à plusieurs reprises, la plus récente en 1822. A partir de 1927, les droits de la famille Turolla furent annulés par  l’évêque Rizzi.  (Lieu dit “Chiaviche” – Via Ronchegalli –  Bosaro)

Oratoire de la Madone de Lourdes
1935 – A l’intérieur, sur le maître-autel du fond, est reproduite la grotte de Lourdes avec une statue en plâtre de la Vierge Immaculée, oeuvre réalisée par Mgr. Annibale. (Via Bosco del Monaco – Bosaro)

Oratoire de la Madonna del Carmine (
Lieu dit “Chiaviche”
 – Via Ronchegalli
 – Bosaro)

Histoire

La première construction en pierre remonte au XVe siècle. Au cours du XVe siècle, la famille Turolla construisit leur maison à Bosaro en transformant l’apparence du village. Bosaro suivit les événements historiques de la proche Polesella, faisant partie du territoire du duché de Ferrare jusqu’à 1484 avec la conclusion de la Guerre de Ferrare, appelée aussi la Guerre du Sel, qui marqua la victoire de la République de Venise, et donc son annexion. Dans les années suivantes, la famille Turolla entreprit la construction d’une nouvelle église, devenue paroisse en 1497, séparant ainsi Bosaro de l’église de Arquà. Le recensement effectué par l’autorité ecclésiastique à cette occasion, dénombrait environ 400 fidèles.
La chute de la République de Venise en 1797 sous Napoléon Bonaparte, marqua une nouvelle annexion du territoire. Les clauses du traité de Campoformio livraient Bosaro et tout le territoire vénitien à l’Empire autrichien, mais cela ne dura qu’un temps limité. Dès le 18 Mars 1805, avec la signature du traité de Presbourg, l’Autriche cédait la province autrichienne de vénetie à la France: le 26 mai suivant, Napoléon, depuis peu devenu empereur des Français, est couronné Roi d’Italie à Milan, en portant la Couronne en fer. Bosaro revint donc sous contrôle français au sein de la nouvelle identité nationale, le Royaume napoléonien d’Italie.
La deuxième domination française dura jusqu’à la chute de Napoléon. Le 20 Avril 1814, le Veneto, et aussi Bosaro, sont restitués aux Habsburg et avec la chute du royaume, ce même mois, la ville et l’ensemble de la Vénétie retournent à l’Empire d’Autriche, qui incorpore, dès 1815, les territoires de Lombardie-Vénétie.
Par la suite Bosaro a suivi les vicissitudes historiques et politiques liés au Polesine et sa capitale Rovigo, avec l’annexion de la Vénétie au Royaume d’Italie en 1866 à la fin de la troisième guerre d’indépendance.