Adria

Chargemente en cours de…
  • Localisation du territoire

  • Pont "Castello"

  • La vieille Ville le long du Canalbianco

  • Au long du fleuve Canalbianco

C’est la deuxième municipalité la plus peuplée de la province.

Eglises et lieux de culte

Cathédrale Nouvelle des Saints Pierre et Paul
L’église a toujours été le siège du diocèse de Adria-Rovigo. Cependant l’évêque se trouve à Rovigo, où se trouve la co-cathédrale de Santo Stefano. Elle a été construite entre les XVIIIe et XIXe siècles sur un bâtiment du XVe siècle, à son tour, construit sur un ancien. En 1830, en creusant les fondations d’un vieux mur de la nouvelle cathédrale, ont été mis au jour les restes de la crypte et de fresques byzantines plus tard endommagées par les inondations de 1951. A l’intérieur est conservé un bas-relief d’origine copte-hautegyptienne représentant la Vierge et L’enfant avec les archanges Gabriel et Michael. On y retrouve des armoires en bois du ‘600 réalisées par J. Piazzetta. (Piazza Garibaldi – Adria)

 

Eglise de Sainte Marie du Tombeau
Modifiée à plusieurs reprises au fil du temps pour atteindre son aspect actuel en 1718, son nom semble provenir de la proximité d’une tombe romaine mentionnée dans les documents anciens retrouvés contenant « au tumbam » (latin près de la tombe). La tradition populaire veut que le vieux clocher, démoli en 1928 pour faire place à celui d’aujourd’hui, est né d’une balise de l’ancien port romain, déduit par la présence de la pierre tombale datant du IIIe siècle présente sur le sabot. La pierre tombale porte l’inscription suivante: « Columna haec magna ex parte chaux illita Rudus anguli Nord-Ouest anciens romains Est hadriatici Phari vulgo de tumba – 1647 » (Cette colonne, en grande partie recouverte de plâtre, est l’angle nord de la ruine ouest de l’ancien phare romain de l’Adriatique, communément appelé «la tombe»). A l’intérieur, il y a un baptistère octogonal, datant du VIIe ou VIIIe siècle, sur lequel est gravé le nom du 3ème évêque, Mgr Bono, le troisième du diocèse d’Adria. En plus des peintures du XVe et XVIe siècles, la chapelle présente un relief en terre cuite représentant une Dormitio Virginis et attribué à Michele da Firenze. L’église a la dignité de basilique mineure. (via Bocchi 46 – Adria)

Cathédrale ancienne de Saint Jean
Elle remonte au XIe siècle. environ et se tient à la droite de la nouvelle cathédrale. Son orientation actuelle avec une abside à l’ouest, est inversée par rapport à l’original, suite à la construction du bâtiment de la cathédrale nouvelle, par laquelle sur la droite on y accède. Le côté sud ouvre sur la Piazzetta Campanile, tandis que dans la partie arrière a été construite(environ dans les annés 30) une impressionnante reproduction de la Grotte de Lourdes. A l’intérieur de l’ancienne cathédrale se trouve un bas-relief représentant le baptême de Jésus et les médaillons des Evangélistes, réalisés par Samoggia. Il est intéressant de voir la variété des noms (cronotassi) des évêques de Adria, avec leurs armoiries, disposés le long du périmètre intérieur des parois latérales. Sous l’ancienne cathédrale de Saint-Jean, le début du Moyen Age a laissé une marque importante de la présence chrétienne dans la ville, avec les restes encore visibles d’une crypte semi-circulaire, certains datant du V-VIe siècle, avec peintures d’évident style byzantin, représentant les apôtres. La zone environnante cache certainement d’autres traces du passé des premiers chrétiens, mais d’éventuelles fouilles ne sont pas envisageables car avec le temps trop de bâtiments ont été édifiés aux alentours, recouvrant presque intégralement les endroits qui les préservent. (Piazza A. Mario 12 – Adria)

 

Autres lieux de culte

Chiesa dedicata a Maria Mediatrice di Grazia Patrona degli autisti (Strada Statale Adria – Rovigo 66 – Valliera)
Chiesa della Beata Vergine del Carmine (via Rodella – Cà Emo)
Chiesa della Beata Vergine della Pace (via Pisacane– Cavanella Po)
Chiesa della Beata Vergine delle Grazie (via Arginelli 101 – Fasana)
Chiesa di Nostro Signor Gesù Cristo Divin Lavoratore (via Po 29 – Adria)
Chiesa di S. Andrea (riviera S.Andrea 4 – Adria)
Chiesa di S.Francesco d’Assisi (Piazza della Libertà – Bottrighe)
Chiesa di S.Giacomo (Piazza S.Giacomo – Bellombra)
Chiesa di S.Nicola (Piazzetta S.Nicola – Adria)
Chiesa di S.Vigilio Vescovo Martire (via E.Filiberto 12 – Adria)
Chiesa di S.Giorgio (Piazza S. Giorgio – Mazzorno Sinistro)
Chiesa parrocchiale di S.Giuseppe (Piazza Einaudi – Baricetta)
Oratorio dei SS. Faustino e Giuditta (Loc. Smergoncino  – Cavanella Po)

Musées

Museo Archeologico Nazionale di Adria

MUSEO ARCHEOLOGICO NAZIONALE DI ADRIA (RO).Le sale della sezione estrusca.Foto di N. Orietti per www.archeoveneto.it

Musée Archéologique National de Adria: le noyau originel de ce qui est actuellement exposée au Musée d’Adria, vient d’artefacts recueillis au fil des années par certains membres de la famille Bocchi, depuis la fin du ‘700, et en particulier par Francesco Girolamo Bocchi. Actuellement, on y conserve d’importantes découvertes de l’époque étrusque et romaine, témoignage du négoce portuaire prospère qu’avait la ville lorsqu’elle était ouverte sur la mer et à proximité d’une des principales branches du Po. A signaler la présence de nombreux objets en verre, originaires de colonies voisines ou importés d’orient, et aussi un remarquable char de fer trouvé avec les squelettes de trois chevaux dans la tombe d’un guerrier celte du IVe siècle avant J.-C.
Le Musée abrite une section dédiée aux découvertes archéologiques étrusques et romaines retrouvés dans le village de San Basilio dans la commune de Ariano nel Polesine. Le Musée National d’Adria abrite des expositions et des conférences d’importance internationale.

INFOS
Via Badini, n. 59  – Adria
HORAIRES : 8.30-19.30
Ouvert toute l’année, sauf les jours fériés suivants: Noël, Nouvel An, 1er mai.
Prix de la visite
4 € pour les visiteurs de plus de 25 ans et moins de 65 ans
2 € pour les visiteurs âgés de 18 à 25 ans
Entrée gratuite pour les moins de 18 ans et plus de 65 ans.

>> Visiter le site du musée (IT-EN-DE)

 

Musée de la Cathédrale

21

Le Musée de la Cathédrale de Adria est situé sur la place Piazzetta Campanile, près de la Cathédrale de Sts. Apôtres Pierre et Paul et a été ouvert en 2015 pour accueillir les objets sacrés utilisés pour la réalisation des fonctions liturgiques solennelles de la cathédrale et les sculptures et peintures qui, retirés de l’emplacement d’origine pour des raisons de conservation, restaient cachés dans les dépôts et dans la sacristie.

La répartition des oeuvres dans le complexe architectural qui abrite le musée a été conçu pour permettre au visiteur de percevoir globalement le goût artistique des époques représentées. Grâce au « Mur du temps » virtuel et interactif, vous pouvez en apprendre davantage sur l’histoire de la cathédrale. La première salle est dédiée aux codes et documents anciens, recueillis dans un environnement unique pour mieux contrôler l’humidité, la température et l’éclairage. Plus de la moitié du Trésor se compose d’œuvres appartenant aux évêques: mitres décorés de broderies et perles orientales, superbe coupe finement ciselée. Sculptures, antiphonaires, reliquaires et divers autres œuvres d’art complètent l’intéressant parcours au sein du Musée.

INFOS
Piazzetta Campanile – Adria
HORAIRES
Mercredi et Samedi 10:00 – 12:00

>> Visiter le site du musée (IT)

 

Histoire

Selon certains historiens, c’est la ville qui a donné son nom à la mer Adriatique comme une dernière ville de Syracuse.
Les premières traces de présence humaine dans la région de la ville de Adria, remontent à la période comprise entre le dixième et sixième siècles avant JC, lorsque les Vénitiens construisirent des habitations sur pilotis dans les marais qui à l’époque étaient face à la mer.
Au début du VIe siècle avant J.-C. Adria était une simple colonie étrusque, situé sur le fleuve Mincio, qui à l’époque se jetait dans la mer et suivait ce qui est aujourd’hui le cours du Canal Bianco, appelé Po di Adria à l’époque, et était gouverné par un monarque sans doute choisi parmi la noblesse.
La ville fut fondée par les Syracusains au cours des politiques expansionnistes et nommée Hatria ou Atria. La série de lagunes présentes à l’époque tout le long de la côte nord, de l’embouchure du Po jusqu’à Grado, rendaient sûre la navigation des navires.
En raison de son emplacement stratégique, Adria a été refondée en 385 AJ comme une colonie de la puissante Syracuse, dans le cadre de l’expansion du commerce dans l’Adriatique promu par le tyran de Syracuse Dionysus l’Ancien. Les nouvelles colonies ont été construites par des adversaires politiques du tyran, qui y établirent un régime démocratique qui avait été aboli dans leur mère patrie. A la même époque que Adria furent fondées Ancona, Issa et d’autres villes.
Par la suite la ville fut la proie des Gaulois, alliés et partie de l’armée de la ville de Syracuse.
L’ensevelissement progressif du delta du Pô de la route de Sermide (VIII siècle avant JC), ce qui a changé le cours du Pô, qui à l’époque arrivait jusqu’à Ficarolo pour ensuite tourner vers le sud, éloigna la ville de la mer en rendant problématique la poursuite de l’activité portuaire.
Au moment des invasions barbares, le port de Adria avait déjà perdu beaucoup de son importance, mais il gagna un nouveau rôle de grand bastion militaire, à l’intérieur les territoires administrés par l’Église de Rome. Le définitif déclin du port de Adria a eu lieu après la rupture de berge du fleuve Cucca en 589, ce qui a modifié l’ensemble de l’hydrographie de la zone environnante.
Entre les septième et huitième siècles Adria est devenu un fief épiscopale indépendant de celui de Ravenne. Après une courte période sous forme de commune, Adria devient une possession de Este et le resta même face à l’expansion de la République de Venise.
Seulement au XVIe siècle Venise en prit le contrôle, quand la ville n’était plus qu’un village au milieu d’un marécage palustre.
Quand au XVIIe siècle a commencé l’assèchement des marécages du Polesine, Adria a commencé à reprendre de l’importance.
L’invasion de Napoléon Bonaparte en 1796 amena, entre autres, Adria à rejoindre le district de Padoue.
Avec le traité de Campo Formio en 1797, la ville fait partie de l’Empire autrichien suite aux accords de paix signés avec Napoléon et l’annulation de la première coalition anti-française.
Par un décret du 27 Février 1798 les Autrichiens rétablirent les droits que la République de Venise avait par le passé et établirent la province de Adria.
Après la victoire de Marengo du 14 Juin 1800 les français revinrent. De 1802 à 1813, la ville faisait partie de la République italienne, transformée en 1805 en Royaume d’Italie, administrativement incorporé au département de l’Adriatique avec Venise pour capitale. L’invasion napoléonienne fut mal perçue et les Habsbourg furent favorisés lors de la conquête de la Vénétie.
Napoléon vaincu, à la suite de la restauration du Congrès de Vienne, depuis 1815 Adria fait partie du royaume Lombard-vénitien, sous la Préfecture de Rovigo. Les Autrichiens, bien que pas toujours aimés par les habitants, améliorèrent considérablement les infrastructures et la qualité de la ville, mais souvent ils remplacèrent les italiens aux postes de gestion importants par des administrateurs autrichiens.

Informations utiles

Pro Loco Adria (Association de promotion du territoire)
Piazza Bocchi, 1 – Adria
Tel. 0426 21675  Fax: 0426 21675
e-mail: info@prolocoadria.it
www.prolocoadria.it

Événements : 

Marché des antiquaires et du bricolage
Chaque deuxième samedi du mois (sauf en Août) – Places Bocchi et Grotte
Divers stands

MARS CARNAVAL DES ENFANTS – ANCIEN CARNAVAL DU DELTA
Bottrighe
Défilé de chars et groupes masqués, feux d’artifice

PARFUMS ET SAVEURS DE PAQUES 
Mars ou avril – Piazza Garibaldi
Marché avec produits typiques de diverses régions italiennes, artisanat, divertissement,cassé des œufs et œufs en chocolat.

1 MAI ADRIA EN FLEUR
Places et rues du centre
Marché-exposition de fleurs, meubles de jardin, et artisanat thematique, concours de poésie et de peinture « Dites-le avec des fleurs », diverses expositions et spectacles.

Mercredi d’été : théatre sur la place
Mercredis de juillet et août  – Places de la ville et villages alontours
Festival de théatre en dialecte vénitien

Adria en été
Venerdis de juillet et août
Chaque vendredi soir des spectacles et evennements dans les rues de la ville avec les magasins ouverts.

CINEMA SOUS LES ETOILES
Juillet et août – places e parcs de la commune
Projection de films de la dernière saison sur les places et les parcs de la commune partagés entre les différents villages et le centre-ville.

Fête de San Rocco
Août -Valliera
Foire avec stands alimentaires et feux d’artifice.

Septembre Adriese
Septembre – octobre – Places de la ville et villages alentours, Sala Cordella
Evénements et spectacles, expositions photographiques, stands de vente, fête des associations volontaires (1er dimanche de Septembre)

SU E ZO PER I FOSSI
Octobre
Compétition Mountain Bike – départ de Corso Mazzini (Adria) et parcours dans le Parc du delta du Po.

Concours National de peinture “VIA RUZZINA”
Octobre
Concours national de peinture avec exposition des œuvres à la Fondation Franceschetti et Di Cola.

Les américaines de Valliera
Octobre – Valliera
Événement pour promouvoir les pommes de terre américaines Valliera. Avec spectacles et des dégustations de produits typiques.

Crèche de Noël sur l’eau
Du 8 décembre au 15 janvier – Canalbianco
Représentation de la Sainte Famille sur des péniches située sur la branche interne du Canalbianco, la bénédiction et la pose de l’enfant Jésus dans l’après-midi de la veille de Noël.